Circuits touristiques (974)

Excursions touristiques - La Réunion

Départ à 07h00 ou 07h30, direction Sud-ouest.

Un premier arrêt est proposé dans la région de Saint-Leu, pour voir une curiosité de la nature, l’intriguant « Souffleur ». Puis, arrivée dans les parages de Saint-Louis avec ses usines, sa mosquée, son temple hindou et son église. On quitte la RN1 pour aller vers l’intérieur, vers les montagnes.

Après la traversée du quartier de la Rivière Saint-Louis avec ses traditionnelles cases créoles et ses beaux jardins « à la Française », on entre dans la vallée du Bras de Cilaos où se trouve la fameuse route aux « 400 virages ». L’émerveillement est au rendez-vous. La singularité du site atténue toute sorte d’appréhension, et l’ascension vers les villages intérieurs se fait confortablement.

Les tunnels, l’esthétique et le majestueux  Peter Both, le curieux village de Palmiste Rouge, les remparts vertigineux et les sommets verdoyants vous feront oublier les aiguilles de la montre, les temps dans ces paysages-là, ce sont des fragments d’éternité qu’on ne compte pas.

Voilà Cilaos à 1 300 mètres d’altitude moyenne. Ville thermale, ville sportive, ville agricole, il y a là les plus hauts vignobles de France. La jumelle de Chamonix est un havre de paix. Depuis le site de la Roche Merveilleuse on domine tout le cirque, et au-delà de la légende, les vues qui surprennent tout autour, épuiseront tous les superlatifs connus. Après la visite de l’artisanat des « Jours de Cilaos » et un repas typique, on regagnera le littoral.

Un dernier arrêt sera proposé à l’Étang-Salé, pour visiter « Le Gouffre » ; une autre surprise de la nature autour de laquelle gravitent nombreuses histoires.

Retour à l’hôtel vers 17h00.

La fraîcheur des départs matinaux fera vite place à la chaleur naturelle des sites volcaniques. Le parcours des routes de l’Ouest dévoilera un littoral où les côtes placides et les escarpements abruptes se relayeront jusqu’à Saint-Pierre.

Là, débute l’ascension vers les plateaux de la Plaine des Cafres, et ceux de la Grande Ferme. Des bruyères, des gentianes, des villages, des pâturages, des vaches, des forêts, seront les décors jusqu’au « Nez de Bœuf » à 2 070m. De là s’étend une déroutante vallée ; 22km de surprises géologiques.

Le trou béant du cratère Commerson est orné d’autant de roches que de points d’interrogations. Cet amphithéâtre rêvé des géologues annonce les prémices des découvertes encore plus surprenantes.

Le point culminant de la journée sera franchi à 2 360m d’altitude. Ces hors d’œuvre finis, le dépaysement sera brutal. La Plaine des Sables vous sautera aux yeux comme un défi à l’immensité, c’est comme si d’un pas, on allait de la Terre à la Lune.

Départ matinal vers le Sud de l’île. Après la traversée de Grand Bois et de la zone des vents dominants, au fur et à mesure, on découvrira un pays aux paysages changeants. Depuis des siècles la mer et les rochers de la côte sauvage se livrent un combat titanesque.

Tout le manteau végétal de la côte Sud est abondamment arrosé par les pluies tropicales, qui confèrent à ces sites une admirable exubérance. Des forêts primaires tapissent les contreforts des sommets volcaniques, pour le plus grand bonheur des pailles-en-queue, des papangues et des oiseaux à lunettes.

Grand-Anse a été le premier lieu habité du Sud. Le site est impressionnant : à l’ombre des cocotiers, le tapis de verdure va jusqu’à la plage de sable grossier, ou des morceaux entiers de corail indiquent que l’île est encore jeune, et qu’il faut la visiter avec soin, sans briser la fragilité de ses premiers siècles. Ici et là, des ruines d’usines et des féculeries anciennes attestent d’époques déjà révolues, qui ont laissé place à un modernisme qui avance à petits pas

Le Tremblet, le Brûlé, les coulées de laves, arrachent de votre poitrine des soupirs interloqués. Comment les portes de l’enfer peuvent-elles être si proches du paradis ? C’est rare que le lugubre soit beau, que le pathétique soit aussi admirable. Difficile de décrire ces paysages uniques, ces flashes de la naissance du monde. Y être reste un privilège.

Il ne manque au Jardin des Parfums et des Epices qu’on visite en début d’après-midi, que la présence d’Adam et Eve. Autrement tout est là.

Retour à l’hôtel vers 18h00.

Le Piton Maïdo

Un taux de montée exceptionnel. En 27km, on va du niveau de la mer à 2 200m d’altitude. Les paysages changent au fur et à mesure de l’ascension : des villages, des forêts d’acacias, des champs de géranium, la forêt endémique de bois de tamarin, et enfin, le grand bord du cirque de Mafate.

C’est du belvédère de Maïdo que l’île à grand spectacle se révèle dans son plus beau jour. Un cirque de plus de 9000 hectares est à vos pieds ; une quinzaine de villages et des milliers de kilomètres de sentiers de randonnée se cachent et se nichent dans des méandres tumultueux d’une montagne amorphe et séduisante. Le sommet de l’Océan Indien est là, à portée de vue. Impossible de calculer les distances, tout y est grandiose.

Au chemin du retour, l’escale chez un producteur d’essence de géranium sera l’occasion de s’imprégner, en plus de l’arôme typique de cette essence, de certaines traditions créoles liées à la culture de la terre.

Le marché forain de Saint Paul est à lui seul un riche condensé des produits de l’Océan Indien. Déambulant dans ces allées, la moque de piment Martin, le panier de margoze amer, la caisse de Pitaya et le carton des délicieux Kumquat, bringueront la priorité de votre choix. Les nappes malgaches aux broderies naïves, la charcuterie maison, les chapeaux et les sacs en Vacoas tressé, marqueront plus longtemps les souvenirs de la visite de ce marché du bord de mer.

Retour à l’hôtel vers 12h30.

Départ vers07h30 ou 08h00, direction Nord.

Cette région regorge d’activités, elle est le poumon économique de la Réunion. Une fois franchis les treize kilomètres de la fameuse route du littoral, le passage par le chef lieu avec ses bâtiments datant de l’époque de la Compagnie des Indes, ses airs de métropole et son charme bourgeois, feront place aux verdoyants champs de canne à sucre de Sainte Marie.

Aux portes de l’Est, l’architecture phallique et bigarrée des temples hindous raviront les premiers regards. Les sens seront mis à rude épreuve. Des gousses aromatiques sont au programme : l’exploitation des vanilliers de Monsieur Rouloff, l’épopée de ses pionniers et toute la finesse de sa préparation, tels de baumes exquis, envahiront vos sens jusqu’à l’ivresse pendant cette découverte.

L’accès à Salazie est une succession de surprenants paysages, le vert est omniprésent. Mille essences, mille cascades, mille fleurs tapisseront les routes jusqu’en haut, jusqu’à près de mille mètres. Le village qui fait honneur au gouverneur de Hell, est en soi, tout un musée d’architecture créole : faîtages aigus, bardeaux de tamarin, lambrequins exquis et autre ouverture en « Z », solliciteront sans cesse vos cameras et appareils photos.

La visite de la « Maison Folio » est un émouvant voyage dans le passé, un passé où les « haut de forme » et les « queues de pie » gravitaient autour des sources thermales.

Retour à l’hôtel vers 17h00.

LIVRET Excusion en téléchargement livret